Comment réussir un premier rendez-vous…avec un client ?

RDV client

Aujourd’hui je vais vous parler du premier rendez-vous que vous avez avec un client.

Dans votre vie personnelle, c’est une question que vous vous êtes probablement déjà posé lorsque vous avez rencontré quelqu’un.

Cependant, vous êtes vous déjà posé la question pour un client?

Certainement non.

C’est tout l’intérêt de cet article.

 

Comment contacter votre client avant ce premier rendez-vous?

Prenez votre courage à deux mains.

Oubliez le courriel, le message vocal si il ne répond pas ou le texto.

A la différence avec une rencontre amoureuse, votre client a besoin de vous.

Si vous cherchez à le joindre et qu’il ne répond pas, il vous donnera signe de vie.

Si vous n’en avez pas, c’est qu’il n’est pas vraiment et sincèrement intéressé.

Vous aurez gagné du temps.

 

Quel lieu de rendez-vous proposer à votre client?

C’est à vous de leader la relation.

 

Pour ce premier rendez-vous, vous devez faciliter la rencontre.

Proposer votre venue au bureau de votre client vous permettra deux choses:

1-découvrir avec qui votre client décideur travaille.

2-permettre à votre client de démontrer qu’il a du succès, que les gens se déplacent pour lui.

 

Que faire pour le premier rendez-vous?

A l’instar d’un premier rendez-vous amoureux, vous devrez rencontrer votre client dans un lieu où l’échange est possible.

Rencontrer votre client à la machine à café de son entreprise est une erreur à ne pas commettre pour une première rencontre.

Vous vous retrouverez coupé continuellement et le niveau d’intérêt réciproque n’arrivera pas à monter.

 

Ne cherchez donc pas, vous devrez voir votre client dans son bureau si il en possède un personnel ou dans une salle de réunion.

 

Un tête à tête est un vrai plus puisque aucune pression sociale sera autour de vous.

Votre client pourra être lui même, sans besoin de jouer un rôle devant d’autres de ses collaborateurs.

 

De quoi parler au premier rendez-vous?

C’est le sujet que vous devez le mieux maitriser.

Trop souvent je constate que les personnes rentrent directement dans le vif du sujet dès le premier rendez-vous.

C’est vraiment dommage!

 

Votre client est un être humain.

Depuis combien de temps est-il dans son entreprise?

Qu’est-ce qu’il aime le plus dans son entreprise?

Quels sont ses projets à l’avenir dans son entreprise?

Ces questions sont “posables” puisque à 24 ans, je les posais déjà à mes clients.

Quand les formes de politesses sont là, vous pouvez vous permettre de poser ces questions.

 

Quoiqu’il en soit, il faut retenir que le début de votre rencontre doit être de parler d’un sujet agréable qui vous connecte correctement.

 

Notez par ailleurs que vous serez également interrogé à la suite de ces questions sur vous-même.

Essayez de répondre avec un sujet neutre qui ne vous cataloguera pas.

Vous n’êtes pas là pour parler de votre titre de lancée de pantoufle ou votre capacité à boire 1 litre de whisky.

Restez sérieux pour vous crédibiliser.

 

Par ailleurs, essayez de rebondir sur ce que votre client vous dit. C’est un très bon moment de dynamiser la conversation !

 

Votre client doit en apprendre autant sur vous que vous n’en apprenez sur lui.

 

Ensuite, une fois que vous sentez que votre client a fait le tour et n’a pas plus envie de s’exprimer, laissez-lui embrayer sur le sujet du premier rendez-vous.

 

Comment conclure à la fin de votre rendez-vous?

Votre rendez-vous se termine et votre client vous raccompagne devant la porte.

 

Deux choses sont nécessaires de faire avant la traditionnelle poignée de main:

1- remercier votre client de vous avoir accueilli.

2-lui serrer la main et chercher deux secondes son regard avec un souhait d’une bonne journée.

 

Ces deux astuces vous permettront de démontrer votre capacité social et votre présence réelle dans le moment qui vient de se dérouler.

 

Bon rendez-vous!

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
No votes yet.
Please wait...
 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*